Marion Raievsky

MARION RAIEVSKYA été formée dans la compagnie de L’Oeil Rond (05) et à l’école Jean Périmony à Paris.
Comédienne de théâtre, de théâtre de rue, chercheuse de scène, constructrice.


Marion travaille depuis 10 ans dans le théâtre de rue, questionnant le rapport à cet espace particulier et à ces publics.
Son parcours artistique l’amène à rencontrer le cinéma en 2006, par l’intermédiaire du collectif des Films de la Lymphe, avec qui elle participe à plusieurs tournages ainsi qu’à l’organisation d’un lieu dédié à la vidéo pendant le Festival des Expressifs à Poitiers en 2007 et 2008.


Elle participe également depuis 2007 au collectif Film Fabrik (collectif de réalisateurs européens), en tant que chargée de production, régisseuse générale, chef décoratrice et comédienne.
Elle collabore à des workshops artistiques courant 2009, elle y rencontre des vidéastes, musiciens, performeurs, où elle comprend la nécessité de confronter le spectacle de rue à différents modes d’expressions artistiques afin de penser et créer des formes hybrides.
En 2009, suivant cette réflexion, elle créé la Compagnie Sputnik et monte son premier spectacle de rue « Petites tribulations du bonheur », mêlant théâtre, chant et machines extraordinaires.


Elle travaille ensuite sur un monologue de Tchernobyl « la Supplication » avec le musicien-constructeur Loïc Bernardeau et la violoniste Emmanuelle Bouriaud présenté à Poitiers dans le cadre de Fer en fer ainsi qu’à Toulouse à « La chapelle » pour la semaine contre le nucléaire.
Membre active du collectif artistique Mixart Myrys de Toulouse, qu’elle a intégré en 2010. Ce nouveau territoire de l’art regroupe des artistes du spectacle vivant et des artistes plasticiens, mus par le même désir de collaboration et d’interaction entre les différentes pratiques.
Marion Raïevski rencontre en 2011 la poète Angela R. avec qui elle fera des performances interdisciplinaires, qui l’emmèneront à créer le projet « Parasite(S) ». Cet évènement transdisciplinaire portant sur la création artistique autour du thème du Parasite, né en 2011 à Poitiers, impliquera 5 artistes, puis une seconde édition à Mixart Myrys en 2012, invite cette fois 35 artistes en résidence. Elle interroge le rapport entre la performance et son public, ainsi que l’influence réciproque qu’ils se portent. En 2011, elle intervient dans le projet «Créer un film ensemble» (soutenu par la fondation de France) où elle rencontre Jane K. (photographe – chargée de production) et l’anthropologue Mickaël Théodore, avec qui elle décide de créer le Collectif Mécanik de la Papier.

Forts de leurs expériences communes, ils décident de se lancer dans l’écriture d’un spectacle en réutilisant cette trandisciplinarité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s